Le grand Swipe : elle embrasse pour la première fois une femme "et là rien"

·5 min de lecture
Le Grand Swipe
Le Grand Swipe

Vous connaissez forcément des couples autour de vous qui se sont formés grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui commencent avec un swipe, un like ou juste un message.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Eugénie a toujours vécu comme une femme hétérosexuelle, mais une petite voix en elle semble la porter vers d’autres horizons : "Je ne dirais pas que je suis bisexuelle. J’ai toujours eu des histoires avec des hommes. Je n’ai couché qu’avec des hommes. Mais j’ai aussi toujours été attirée par des femmes. Je ne sais juste pas comment m’y prendre. Je n’ai pas d’amie lesbienne à ce moment-là, je ne connais pas les codes, je ne sais pas draguer une femme et franchement, je pense que la première fois que je coucherais avec une femme je serais morte de trouille. Mais bref, il y a deux ans, je me suis retrouvée célibataire et je me suis dit que c’était le moment d’essayer. J’ai installé Tinder et je me suis créé un profil pour trouver une femme."

Vidéo. Déclic - Hannah : "Mon déclic à moi c'est quand j'ai décidé d'arrêter les hommes"

"Elle m’a expliqué que mon profil était certainement 'un peu trop hétéro'"

Sur l’application, elle est pourtant étonnée de se rendre compte que son profil ne semble pas retenir l’attention des femmes qui lui plaisent : "Je swipais, mais personne ne répondait. Et puis à un moment, Manon est venue chatter avec moi. Elle a été super sympa tout de suite et m’a expliqué que mon profil était certainement "un peu trop hétéro" et que ça me donnait l’air d’une meuf pas sérieuse qui cherche juste l’expérience. On a pas mal discuté de ça et puis de plein d’autres trucs. Ça n’a jamais dévié vers autre chose, mais j’ai senti qu’il y avait une grande connexion entre nous."

"On s’embrasse, et là rien"

Les deux femmes se mettent à discuter ensemble régulièrement : "On a parlé de nos tafs, de nos familles, de ce qui nous faisait kiffer, de séries télé, de musique. On a vite eu envie de se rencontrer pour boire un verre et parler en vrai. Je crois que je me souviendrais toujours de cette soirée". Cette rencontre marque un tournant dans leur relation : "C’était génial et à un moment de la soirée elle m’a dit : 'Je te trouve super et j’aimerais bien t’embrasser'. J’en avais envie donc j’ai accepté, on s’embrasse, et là rien. Mais rien du tout. Pas de petit ou de grand frisson. J’étais super gênée, mais elle a crevé l’abcès en en parlant tout de suite. On a décidé de rester amies."

Vidéo. "Je suis lesbienne et musulmane. Je suis une pécheresse, mais je ne veux pas renoncer à ma foi"

"Je suis super heureuse de l’avoir rencontrée" 

Eugénie et Manon deviennent inséparables : "Depuis, on se parle chaque jour. Je n’ai toujours pas eu de femme dans ma vie, mais elle, elle s’est mise en couple. On a envisagé un moment de se mettre en coloc ensemble et la pandémie a un peu repoussé ce projet. Je suis super heureuse de l’avoir rencontrée. C’est comme ma sœur, c’est ma meilleure amie. Et je crois bien que c’est réciproque." Pour la suite, Eugénie confirme son envie d’être en couple avec une femme : "J’attends la fin du confinement et du couvre-feu pour me mettre à dater. Je ne suis pas aussi à l’aise que je le voudrais en virtuel et je crois que j’ai beaucoup changé depuis que Manon est entrée dans ma vie. Je sais plus parler aux femmes", explique-t-elle.

"Je n’ai plus aucune envie d’un homme dans ma vie"

"Ce qui a changé, aussi, c’est que, si j’avais le doute de pouvoir et de vouloir être en couple avec une femme, maintenant ce n’est plus le cas. Je sais que c’est ce qui m’attend dans le futur. Pendant les confinements, quand je m’ennuyais, j’allais discuter avec des hommes sur Tinder. C’était facile de les séduire et d’avoir de l’attention. Ça me faisait un petit boost d’égo. Mais je n’ai plus aucune envie d’un homme dans ma vie et ça a confirmé ça. Je suis bien entourée maintenant et j’ai tiré un trait sur cette partie de ma vie. Et même si je ne trouve pas l’amour tout de suite ou même pas du tout, j’ai toujours Manon qui restera mon amie et ça, c’est déjà largement suffisant à mon bonheur. Je ne me sens pas seule. Je ne me sens plus seule."

De la même autrice :

>>Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles