Le grand Swipe : "C’est une nouvelle vie qui m’a été offerte"

Lucile Bellan
·5 min de lecture
Le Grand Swipe
Le Grand Swipe

Vous connaissez forcément des couples autour de vous qui se sont formés grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui commencent avec un swipe, un like ou juste un message.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Simone est une jeune veuve de 64 ans quand sa fille décide de lui créer un profil sur le site Adopte un mec : "J’étais seule depuis 2 ans. C’est une discussion avec ma fille qui a tout changé. On prenait le café comme d’habitude et elle s’est mise à me reprocher de devenir une grand-mère. Elle trouvait que je prenais des habitudes "de vieille" dans ma solitude. Ce n’était pas méchant mais ça m’a fait réfléchir. Quand elle est revenue la fois suivante, je lui ai demandé de m’aider à créer un profil sur un site de rencontres. Il n’était pas question qu’elle surveille ce que j’allais y faire mais juste de me donner les clés pour que ça se passe au mieux. Je voyais ça comme quelque chose de compliqué mais au bout d’une heure c’était réglé."

Vidéo. Elle dénonce l'invisibilité de la sexualité des plus de 60 ans

Je n’ai pas menti sur mon âge et j’ai choisi des photos qui me ressemblent bien

Simone décide de rester naturelle et d’aborder cette recherche de compagnon de la façon la plus simple possible, pas question de vendre autre chose que ce qu’elle a à proposer : "Je n’ai pas menti sur mon âge et j’ai choisi des photos qui me ressemblent bien. C’était important de me présenter comme je suis. J’ai été étonnée de voir que des personnes assez jeunes étaient intéressées dans mon profil. Mais ma fille m’a expliqué que certains jeunes hommes aiment les femmes expérimentées. J’ai essayé de parler avec un ou deux de ces jeunes mais ça ne m’a pas plu du tout. Il ne s’est rien passé de plus pendant quelques semaines et puis j’ai trouvé Jean."

C’est le premier sentiment qu’on a partagé quand on a commencé à parler ensemble : on était soulagés

Entre Jean et Simone, le courant passe instantanément et ils sont tout de suite heureux de faire la rencontre de l’autre : "Il était aussi perdu que moi et comme ça faisait un peu plus longtemps qu’il était sur le site, il commençait même à être un peu désespéré. C’est le premier sentiment qu’on a partagé quand on a commencé à parler ensemble : on était soulagés."

Vidéo. La journaliste France Ortelli parle de la population émergente en France : les célibataires

On voulait la même chose : une personne avec qui partager de bons moments

Les deux amoureux ne sont pas de la génération internet, ils décident vite de voir comment les choses se passent entre eux dans la vie réelle : "Les échanges n’ont pas duré très longtemps avant qu’on organise une rencontre. On voulait la même chose : une personne avec qui partager de bons moments. On a décidé de se retrouver dans une jolie ville qu’on voulait visiter tous les deux dans notre région. Ni chez lui, ni chez moi."

Encore une fois, la complicité entre les deux est évidente : "J’ai tout eu de suite eu l’impression de retrouver un ami. Quelqu’un que j’aurais perdu de vue avec les années. Et notre complicité a grandi au long des heures qu’on a passé ensemble. Il y a eu plusieurs rendez-vous de ce genre et puis on a sauté le pas de passer un week-end entier à deux, chez moi. Je ne mettais pas beaucoup d’espoir dans ces moments, même si j’avais envie que ça se passe bien, et finalement ça a été très beau, très tendre, juste ce dont j’avais besoin." Jean et Simone passent vite les étapes qui les mènent vers la vie à deux : " Après il y a eu la présentation aux enfants, les siens et les miens, et puis des projets communs. Quelques mois après le premier "Bonsoir" il s’installait chez moi. Maintenant ça fait 4 ans qu’on est ensemble et c’est une nouvelle vie qui m’a été offerte."

Parce qu’on est ensemble et encore en bonne santé, on a pas eu besoin de compter sur nos enfants dans cette période difficile

Simone est heureuse d’être avec Jean et mesure combien cette relation a été capitale pour elle ces derniers mois : "On se sent forts à deux contre la situation actuelle. On se soutient dans les coups de blues, on s’occupe l’un de l’autre. Parce qu’on est ensemble et encore en bonne santé, on a pas eu besoin de compter sur nos enfants dans cette période difficile. Ça m’a rendu encore plus reconnaissante de ce qu’on avait. Je ne sais pas comment j’aurais fait sans lui."

La pandémie a changé leurs plans pour l’avenir mais un avenir est toujours possible. C’est à cette idée que se raccroche Simone : "Avant le coronavirus, on voulait profiter des quelques années de bonne santé et d’énergie qu’il nous reste pour faire quelques grands voyages. J’ai toujours rêvé d’Asie. Mais maintenant on se sent vieillir et on ne sait pas quand tout ça va finir donc on a commencé à rêver à d’autres choses. Ça ne nous rend pas tristes. On fera d’autres choses et on les fera ensemble. C’est déjà beaucoup."

De la même autrice :

>>Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"