Le Grand Swipe : "Je ne voyais que lui et lui que moi. On a pris la décision de devenir exclusif"

·6 min de lecture
Le Grand Swipe
Le Grand Swipe

Vous connaissez forcément des couples autour de vous qui se sont formés grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui commencent avec un swipe, un like ou juste un message. Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Anaïs et Jordan, c’est déjà quatre ans d’une histoire d’amour qui a commencé sur l’application Tinder. La première prise de contact, en février 2016, a lieu alors que la jeune femme a 23 ans. Après deux ans d’études en Finlande, elle rentre chez ses parents en Ardèche. D’une nature pétillante, elle compose un profil à son image et choisit des photos amusantes et mignonnes : “Je basais beaucoup ma séduction sur l’humour”. Le jeune célibataire, quant à lui, a 25 ans et entame un doctorat en nanotechnologie à Lyon. Plus réservé, il a cependant le même réflexe d’honnêteté. Anaïs précise que son profil était plutôt basique mais elle a immédiatement pensé en voyant sa photo : “Oh, quelle belle barbe !”.

On se parlait tous les jours un petit peu, puis tous les jours beaucoup, puis tous les jours, tout le temps.

Le premier rendez-vous

Les premiers messages ne vont pas plus loin que l’échange de banalités. Et puis, très pris par son travail, Jordan cesse de lui écrire. Anaïs n’y pense plus mais c’est lui qui revient à la charge, deux semaines après le match initial. C’est à ce moment là qu’ils apprennent à vraiment se connaître : “On se parlait tous les jours un petit peu, puis tous les jours beaucoup, puis tous les jours, tout le temps.” Il leur faudra un mois et demi pour décider, naturellement et sans pression, de se rencontrer. Ils choisissent de se voir à Lyon, le samedi 27 février 2016. Anaïs n’a pas prévu de passer la nuit sur place alors elle traîne avec elle un sac plein d’affaires. Mais sa tenue a été choisie avec soin, encore une fois pour coller à sa personnalité : “Une jupe en velours marron, un débardeur ‘Flying Spaghetti Monster’, et des collants à têtes de chats. C'était sexy, mignon et rigolo en même temps, je voulais donner l'impression d’être une fille sympa sans cacher mon petit grain de folie.”

Ils se donnent rendez-vous directement à la gare, devant l’accès au métro. C’est elle qui le reconnait en premier : “Je me souviens de son écharpe, noire avec des petites rayures discrètes multicolores. J'ai essayé de me faufiler derrière lui pour lui faire ‘Bouh !’ mais il m'a vu avant, hélas ! On s'est regardé à quelques mètres de distance et deux énormes sourires se sont dessinés sur nos visages.” Jordan est nerveux mais Anaïs fait tout pour le détendre. Elle l’emmène dans un de ses bars préférés pour prendre un café. Ils se promènent ensuite dans la vieille ville, tout en parlant de tout et de rien, avant de retourner dans le même bar pour une bière. C’est là qu’ils s’embrassent pour la première fois : “On était un peu saouls et je l'ai embrassé, puis il m'a embrassé à son tour et c'était électrifiant. Des choses en entraînant une autre, je ne suis finalement pas rentrée chez ma sœur ce soir-là.”

On était un peu saouls et je l'ai embrassé, puis il m'a embrassée à son tour et c'était électrifiant.

Passer à l’étape supérieure

Anaïs raconte qu’elle a mis six mois après ce premier rendez-vous avant de supprimer Tinder de son téléphone : “Mais en réalité, je n'y allais plus du tout depuis 4 ou 5 mois déjà.” Ils en avaient parlé ensemble et avaient découvert qu’au départ, ils ne cherchaient pas le même genre de relation. Quand Jordan voulait l’engagement, Anaïs préférait rester libre, principalement à cause d’incertitudes quant à son avenir professionnel. Elle précise pourtant : “La vérité, c'est que je ne voyais que lui et lui que moi. On a pris la décision de devenir exclusif, et on a supprimé l’appli.”

Le 28 juillet 2017, un an et demi après le premier match, Anaïs a emménagé à Lyon dans le petit studio qu’ils habitent encore ensemble. Ils ont récupéré deux chats que les parents de la jeune femme lui gardaient et en sont devenus les co-parents : “On est devenus une vraie petite famille !”

On apprend beaucoup l'un de l'autre, on n'épuise jamais les sujets de conversation, de débats, de découvertes.

Quand je demande à Anaïs ce qu’elle aime le plus chez Jordan, elle hésite et puis se lance : “Je pense que ce que j'aime le plus chez lui, c'est sa curiosité. Jordan est toujours curieux d'apprendre de nouvelles choses et d'en approfondir d'autres, il n'a pas beaucoup d'a priori, ou s'il en a, il sait reconnaître ses propres biais. On a, finalement, assez peu de choses en commun, notamment en ce qui concerne nos goûts, mais c'est surtout très enrichissant. On apprend beaucoup l'un de l'autre, on n'épuise jamais les sujets de conversation, de débats, de découvertes, tout ça en se retrouvant néanmoins sur l'essentiel.”

Comme une évidence

C’est une histoire apaisée et heureuse qu’ils partagent ensemble : “Je crois qu'on se fait du bien l'un à l'autre, on s'apaise, on prend soin l'un de l'autre, on se stabilise, et tout ça, en continuant à s'aimer comme des gamins, ça a quelque chose de parfait (…) J'ai vraiment l'impression que nous formons aujourd'hui une ‘équipe’, une très bonne équipe. Toujours présents l'un pour l'autre, quoi qu'il arrive, dans les bons et les mauvais moments.”

Pour eux, l’avenir c’est forcément à deux au gré de leurs projets respectifs. Jordan finit son doctorat et Anaïs compte bien le suivre pour la suite de ses recherches à l’étranger : “C'était quelque chose dont nous avions discuté auparavant, nous avions refusé toute forme de relation à distance, et ayant les moyens de l'accompagner, nous sommes en train de faire la liste des pays dans lesquels nous pourrions aller l'année prochaine !” Ensemble, ils ont des rêves aussi simples que beaux : un mariage, une maison, un chien, un enfant ou plusieurs. Et ils ne voient pas encore que leur vraie force, c’est de vouloir partager tout ça tout en restant l’un et l’autre des personnalités fortes, différentes et uniques… Un couple qui se soutient dans ses carrières et projets inconditionnellement.

A LIRE AUSSI :

>> Le Grand Swipe : "Avant de matcher sur Tinder, je n'avais jamais fait attention à cette personne"

>> Largué.e, délivré.e : "Je n’ai jamais cru aux statistiques qui disent que l’on trouve son compagnon sur son lieu de travail"

>> Les amours de l'été : "On a décidé de se mettre officiellement ensemble mais de vivre séparément"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles