Les amours de l'été : "On a décidé de se mettre officiellement ensemble mais de vivre séparément"

Lucile Bellan
·5 min de lecture
Les amours de l'été
Les amours de l'été

De nombreux.ses célibataires ont cherché l’amour ou ont tenté de trouver une épaule réconfortante pendant le confinement. Cette rencontre a marqué un tournant dans leur vie amoureuse. Tant et si bien qu’au déconfinement, ils ont décidé de passer un cap : passer leur premier été ensemble. Découvrez leurs histoires.

"Vous allez trouver que je suis trop romantique mais depuis quelques mois j’ai l’impression de vivre dans un film avec Meg Ryan." Anaïs a 37 ans et au moment du confinement, elle était en pleine phase de questionnement quant à l’avenir de sa relation avec Paul. "Ça faisait cinq ans qu’on était ensemble. On était bien mais sans plus, je ne ressentais pas de frisson quand je le voyais et nous avions de moins en moins de désir l’un pour l’autre." Pour elle, la relation est à son point mort : "On ne s’engueulait jamais mais je crois que c’est parce qu’on en avait rien à foutre."

Une rupture en plein confinement

Le confinement a eu raison de leur histoire. "On s’est dit en même temps qu’on avait pas envie que l’autre soit la personne avec qui on vivrait la fin du monde. On a décidé de se séparer environ deux semaines après le début de la quarantaine. J’ai gardé l’appartement et lui, il est parti se mettre en colocation avec l’un de ses amis."

Je ne voulais plus de mollesse, plus de ‘Si tu veux’ plus de ‘Je préfère que tu choisisses’, plus de soirée Netflix où on se fait chier.

Anaïs se retrouve donc célibataire, confinée… Et plus que jamais certaine du type de relation qu’elle souhaite partager : "Je ne voulais plus de mollesse, plus de ‘Si tu veux’ plus de ‘Je préfère que tu choisisses’, plus de soirée Netflix où on se fait chier." Elle se crée vite un profil sur une application de rencontres et compose une présentation qui reflète ses désirs : "Je disais juste ‘Je veux des frissons et de la passion’." Plusieurs soirs de suite, elle discute avec des inconnus mais est vite déçue de voir que pour beaucoup passion rime avec coup d’un soir.

La bonne personne au bon moment

La trentenaire a envie d’aventure mais espère tout de même s’engager. Un soir pourtant, elle se retrouve à parler avec Karim, fraîchement célibataire lui aussi. "J’ai vite senti qu’il était encore sous le choc de la rupture. Et en fait, on était un peu dans la même phase, celle de la question ‘Il y a quoi après ?’" Ils se parlent des heures de ce qu’ils sont, de ce qu’ils veulent, de ce qu’ils ne veulent surtout plus. Et, tout doucement, le lien se tisse entre ces deux solitudes qui aspirent tout simplement à l’amour.

Il y pensait depuis quelques jours et n’osait pas faire le premier pas.

"Un matin, il n’a pas envoyé le message rituel, celui qui commençait un peu nos échanges pour la journée. Pendant quelques heures, je n’ai plus eu de nouvelles. Et c’est là que je me suis rendue compte quelle place il avait pris dans ma vie." Ce jour-là, Karim est absorbé par une urgence familiale et Anaïs réalise combien il est devenu important pour elle. Elle décide de tenter le tout pour le tout et de lui avouer ses sentiments. Karim répond avec enthousiasme : "Il y pensait depuis quelques jours et n’osait pas faire le premier pas. Je me suis moquée de lui mais j’étais vraiment très heureuse."

Au déconfinement, les deux amoureux vivent leur nouvelle histoire à tâtons, un soir chez l’une, un soir chez l’autre. Ils trouvent un équilibre qu’ils n’avaient jamais imaginé : "En fait j’ai réalisé que, même amoureuse, j’avais besoin de garder mon espace. On a décidé de se mettre officiellement ensemble mais de vivre séparément. On prendra des décisions de rapprochement évidemment si un autre confinement se profile mais pour l’instant, au quotidien, j’aime cette liberté-là."

Avec lui, tout est simple. On s’amuse ensemble, on se laisse de la place. Il y a beaucoup de respect.

La fameux cap des vacances

Les vacances, ils les ont voulues les plus libres possibles. Ils ont choisi de louer une voiture, de faire un rapide plan de route et de se laisser guider. "Au mois de juillet, on a décidé de descendre jusqu’en Espagne en suivant la côte. Je rêvais depuis des années de faire un road trip comme ça mais je n’avais jamais eu ni l’occasion ni le courage. Avec Karim, tout est simple. On s’amuse ensemble, on se laisse de la place. Il y a beaucoup de respect."

Anaïs vit des moments de cinéma. "C’est aussi parce qu’on y met beaucoup de musique. Je me sens vivante, j’ai souvent envie de mettre de la musique pour la partager avec lui. On se met à chanter, on danser, à faire l’amour. Je ne peux pas m’empêcher de penser que la suite c’est en fait de longues vacances. Parce que c’est à ça que notre histoire ressemble depuis qu’on est réunis : de longues et douces vacances." Anaïs et Karim ont des rêves pour l’après : passer le permis moto pour s’offrir de longs week-ends sur la route. Ils ont décidé de vivre l’aventure ensemble et ça leur réussit. Plus tard, ils veulent déménager pour se rapprocher l’un de l’autre, sans toutefois empiéter sur l’espace l’une de l’autre. Ils inventent leur histoire d’amour avec leurs règles à eux, au jour le jour et juste guidés par l’amour.

A LIRE AUSSI

>> Les amours de l'été : "On a attendu deux semaines pour faire l’amour, je voulais que ce soit un moment qu’on n’oublie pas"

>> Les amours de l'été : "Quand on s’est fait la bise, il y avait de l’électricité dans l’air. On a juste eu le temps de mettre le houmous au frais"

>> Les amours de l'été : "Après 400km de route, je suis rentré chez moi avec un énorme sourire sur le visage"