Humiliée en ligne à cause d'une malformation : "Des inconnus me disent de me faire amputer"

Olivia Klopchin est née avec une malformation vasculaire au niveau du bras. © TikTok Olivia Klopchin
Olivia Klopchin est née avec une malformation vasculaire au niveau du bras. © TikTok Olivia Klopchin

Sur les réseaux sociaux, bon nombre de personnes se croient tout permis, et n'hésitent pas à se moquer des internautes, ou à leur donner des "conseils" totalement déplacés. En particulier lorsqu'ils ont un physique qui ne correspond pas aux normes de la société. Olivia Klopchin en a fait l'expérience : cette jeune américaine de 18 ans se voit régulièrement recommander de se faire amputer, à cause de la malformation que présente son bras.

Entre l'anonymat des commentaires et l'impunité générale qui semble régner sur les réseaux sociaux à cause du manque de modération, les cas de harcèlement en ligne sont toujours aussi nombreux. Ils existent sur Facebook, Twitter et Instagram, et forcément, TikTok ne fait pas figure d'exception. Bien au contraire : la moindre vidéo pouvant devenir virale en quelques heures, il n'est pas rare que les internautes se retrouvent pris d'assaut par des montagnes de commentaires désagréables. Pas bien surprenant tant l'apparence compte pour bon nombre de personnes. La preuve : beaucoup d'hommes refusent de sortir avec des femmes qui ne correspondent pas aux critères de beauté sociétaux.

Déclic - Juliette : "Grâce à ma maladie, je me rends compte de la valeur de la vie"

Elle subit des moqueries à cause d'une malformation

Mais le cas d'Olivia Klopchin est un peu particulier. Au premier regard, cette jeune femme de 18 ans, originaire de Springfield dans le Vermont, aux Etats-Unis, a un corps tout à fait normé : grande, mince, des longs cheveux blonds... Seul un détail dénote : son bras. En effet, elle souffre d'une malformation vasculaire qui cause un développement anormal des vaisseaux sanguins. Résultat, l'un de ses bras est nettement plus volumineux que l'autre, présente un aspect gonflé et une peau décolorée. Par ailleurs, Olivia souffre de caillots sanguins très douloureux.

Tout ça, elle le raconte au quotidien sur son compte TikTok, sur lequel elle est suivie par plus de 250 000 personnes. Ses vidéos cumulent des centaines de milliers, voire des millions de vues et des milliers de commentaires. Et parmi ces derniers, on retrouve évidemment un certain nombre d'insultes et de moqueries. "C'est trop moche", "Tu devrais cacher ça", "C'est dégueulasse", "Ça gâche tout".

Des internautes l'incitent à se faire amputer

Dans ses vidéos, Olivia a évoqué avec humour les situations face auxquelles elle se retrouvait régulièrement confrontée. "Les mecs avec qui je discute arrêtent de répondre quand ils découvrent mon bras", confie-t-elle dans une vidéo. "Des personnes que je viens de rencontrer me demandent si elles peuvent toucher mon bras malformé pour savoir quelle texture il a", évoque-t-elle dans une autre. Mais surtout, elle l'affirme : "On me dit régulièrement que je ferais mieux de me faire amputer." Et ce alors que son bras fonctionne parfaitement, et ne lui génère pas de douleurs particulières, à l'exception des jours où elle développe des caillots.

Effectivement, parmi les commentaires, on peut lire des choses telles que "À ta place, je préfèrerais avoir une jolie prothèse", ou encore "Tu serais beaucoup plus jolie avec un bras en moins." Vous imaginez la violence ?

Son bras l'a rendue célèbre

Au final, Olivia Klopchin en a conscience : son bras est devenu une force qui lui a permis de sortir du lot. "Je n'ai pas commencé TikTok en me disant que j'allais faire des vidéos sur mon bras pour gagner des opportunités, mais c'est finalement ce qui s'est passé", a-t-elle expliqué à Metro UK. "Je n'ai jamais vu quelqu'un comme moi sur Internet, et maintenant que j'ai l'opportunité de donner de la visibilité à ce genre de malformation, je saute sur l'occasion, car je veux que des personnes comme moi puissent se dire "Hey, cette personne a la même chose que moi"."

Résultat, elle a décidé de faire fi des critiques et des moqueries. "Je reçois beaucoup d'amour, mais il y a aussi des gens négatifs qui essayent de me détruire, mais il y aura toujours des personnes négatives sur Internet. C'est une chose à laquelle on ne peut pas échapper, ça a consumé bon nombre de personnes, mais j'ai décidé de ne pas me laisser atteindre." Pas question non plus d'envisager l'amputation : "J'ai la chance de ne pas avoir trop de douleurs, contrairement à d'autres personnes qui ont le même problème que moi. J'ai pu faire du sport, et mes amis ont des questions, évidemment, mais ils sont compréhensifs." Et de conclure : "J'ai compris très jeune que j'étais différente, et que les gens allaient regarder sans que je ne puisse faire quoi que ce soit." Elle l'accepte, et avec sa nouvelle visibilité, elle a désormais la possibilité de reprendre son histoire en main, et de promouvoir les différences avec un contenu qui fait du bien.

À lire aussi

>> "Je cachais mes bleus", "J'ai des cicatrices", "Je planque ma cellulite" : pourquoi ils portent des manches longues pendant la canicule

>> Sites de rencontre et fausses photos : "Il m'a menti sur son physique et s'est vexé quand j'ai refusé de coucher avec lui"

>> Infidélité : arrêtons de penser que les "moches" méritent d'être trompés

À voir également : Déclic - Laura : "Je trouvais que les poils de ma petite amie étaient beaux"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles