Polyamour : il ne peut faire autrement qu’aimer plusieurs femmes à la fois

C.F
·7 min de lecture
getty

Qui a dit que le couple se limitait à deux personnes ? Pour certains, une relation amoureuse épanouie est une relation qui ne connaît pas l’exclusivité. À l’heure où il est toujours plus facile d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, certains assument qu’ils aiment aimer plusieurs personnes à la fois. Ils s’appellent les polyamoureux et ont pour règles d’or le respect, la bienveillances et surtout la communication.

Pour Alex, l’amour amoureux se conjugue au pluriel. Il peut être en couple avec une, deux, trois voire cinq femmes à la fois. Un goujat ? Loin de là. L’informaticien de 42 ans est un polyamoureux qui s’assume enfin. Déjà à l’âge de 7 ans, il tombe amoureux de deux fillettes en même temps. Plus tard, il vit une première histoire d’amour qui dure dix ans. Mais là encore, il aime plusieurs femmes à la fois ce qui le pousse à l’adultère. Après des années passées à vivre dans le mensonge avec un sentiment de culpabilité et à se poser des questions sur lui et sur son orientation, il comprend qu’il ne peut faire autrement qu’éprouver des sentiments sincères pour plusieurs personnes à la fois. Alors avec sa seconde compagne, ils décident d’ "ouvrir" leur couple au bout de sept ans de relation pour faire des rencontres d’abord charnelles. Mais là encore, Alex ne s’y retrouve pas. "Une fois que le moment intime était passé, je n’étais pas en phase avec moi-même et vis-a-vis de cette personne".

Vidéo. Pourquoi les célibataires se mettent de plus en plus la pression ?

"Je me sens enfin moi-même, je ne suis plus dans le mensonge"

C’est grâce à une vieille connaissance retrouvée sur une application de rencontres qu’il découvre le terme qui lui a fait tant défaut au cours de sa vie : le polyamour. "J’ai compris que je n’étais pas malade, que ce n’était pas une tare. Comme certains sont homosexuels, moi je suis polyA". Dans la foulée, il tombe amoureux d’une femme déjà en couple dont il devient l’amant pendant trois ans tout en aimant toujours autant celle qui partage alors sa vie. "C’est là où j’ai compris que j’ai besoin d’avoir des sentiments en plus du côté intime. J’avais clairement besoin d’aimer et d’être aimé par d’autres personnes en toute transparence et sincérité". De son côté, sa compagne officielle vit, elle aussi, une histoire avec un autre homme. Libéré, délivré, Alex se sent "tellement vivant". "Je me sens enfin moi-même, je ne suis plus dans le mensonge", se réjouit celui qui a fait son "coming-out" en 2018 auprès de ses proches. Une annonce qui a suscité de la curiosité chez certains, que d’autres n’ont pas voulu développer et qui a permis à quelques membres de sa famille de se reconnaître dans son histoire. Quant à sa fille, âgée de 12 ans, elle s’en doutait "depuis qu’elle sait lire" : "Un jour, elle est tombée sur un SMS et m’a demandé : ‘Pourquoi cette femme t’écrit :’Je t’aime’". Une "façon de vivre" dont l’adolescente "ne veut pas entendre parler" par "gêne". De son côté, Alex explique qu’il n’a pas envie de lui mentir : "Je préfère qu’elle sache que ça existe et que si elle l’est, elle aussi (polyamoureuses, ndlr), elle puisse se dire : ’Je suis comme papa’ plutôt que : ‘Je ne suis pas normale’".

Vidéo. Valérie Hervo livre les secret de son club libertin d’élite "Les Chandelles".

"Avec l’une, je suis plus sexuel avec l’autre, plus sensuel et fleur-bleue"

Pour Alex, être en couple avec plusieurs personnes à la fois, c’est aussi une façon de se découvrir, d’être "le meilleur de soi-même" et de "développer des parts de notre personnalité" qu’on devrait "taire" au sein d’un couple standard "parce que l’autre n’est pas capable d’accepter certaines de nos facettes". Ainsi, avec une partenaire, il explore son "côté artistique", quand avec une autre c’est "le côte taquin" qui prime. "Avec l’une, je suis plus sexuel avec l’autre, plus sensuel et fleur bleue". "On apprend sur soi-même au travers des autres. Par exemple, je me suis découvert un plaisir à cuisiner pour quelqu’un alors que c’était une contrainte avant", se souvient-il. Comme dans n’importe quelle autre relation amoureuse, les chagrins d’amour restent douloureux : "Ça reste une rupture amoureuse, c’est quelque chose qui fait mal. Ce n’est pas : ‘J’en ai perdue une, ce n’est pas grave j’en ai trois autres’". Pour autant, et contrairement à la légende urbaine qui veut que l’amour est illimité, Alex explique qu’il ne peut pas entretenir plus de cinq relations à la fois. "Au-delà, je sature. La saturation existe parce que ce sont des relations avec les autres, c’est aussi une relation avec soi-même en tant qu’individu. Et l’individu doit être capable de pouvoir se retrouver lui pour faire le point, se reposer émotionnellement et mentalement parce que les expériences, les échanges et l’organisation peuvent être riches. C’est une charge mentale qui peut s’accumuler et devenir épuisante".

"On donne à la femme une place qu’elle n’a pas encore dans la société"

Alors quand on lui demande si l’on peut vraiment être amoureux de plusieurs personnes à la fois et de la même manière, Alex prend l’exemple de l’amour porté "à nos frères et soeurs" : "On les aime tout autant de manières différentes avec la même intensité. Le polyamour, c’est exactement la même chose". Quant à la jalousie, si elle existe même chez les polyamoureux, elle n’est pas possessive : "Dans ma relation, qui a duré sept ans, j’étais jaloux des sorties que ma compagne pouvait faire avec un autre comme une balade, une expo ou un théâtre parce que nous, on était submergés par notre quotidien". Actuellement "solo-poly", c’est-à-dire un polyamoureux célibataire, il souligne qu’il est compliqué de trouver des femmes avec les mêmes envies amoureuses que lui. Alors, il s’interroge sur "la suite à donner" à sa vie sentimentale : "Je suis dans la région ouest de la France et il n’y a pas beaucoup de poly comme à Paris. Si j’ai envie de refaire ma vie et bien à chaque fois que je suis sur une application de rencontres et que je suis transparent avec une femme, elle me répond : ‘Ce n’est pas pour moi’. Donc je me pose la question de comment je vais avancer, comment je vais évoluer". Selon lui, son "mode de vie" est encore trop tabou" car "on donne à la femme une place qu’elle n’a pas encore dans la société, le polyamour c’est aussi accepter que l’autre puisse être libre et heureux sans nous". Ainsi, ses choix amoureux invitent à déconstruire les schémas imposés "depuis des millénaires" par la société et à mettre de côté son égo. "On est obligé de se déconstruire par exemple en tant qu’homme, d’accepter que la femme qu’on aime puisse avoir d‘autres relations. On est obligé de se déconstruire vis-à-vis des relations et de la liberté. C’est très difficile d’aimer quelqu’un, puis une autre personne et de pouvoir vivre quelque chose de simple et sans culpabilité". Selon lui, un polyamoureux heureux est un polyamoureux qui est capable "de se remettre en question, d’être ouvert d’esprit et d’être mature" sous peine "de se casser la gueule".

Ce contenu peut vous intéresser :

À lire aussi :

>> Burn out amoureux : "J'ai porté notre relation à bout de bras et suis tombé en épuisement total à 28 ans"

>> Le Grand Swipe : "J’espérais bien plus qu’un plan cul, ça l’a fait rire"

>> Les amants du couvre-feu : "Je me suis retrouvée dans un cercle où tout le monde se caressait mutuellement"