Relation pansement : "C'est assez ingrat comme rôle, car il n'y a pas de réciprocité"

·8 min de lecture
Red paper 'broken heart' with plaster on textured wood background.

Quand une relation amoureuse se termine de façon douloureuse, il n'est pas toujours facile de remettre le pied à l'étrier. C'est pourquoi certaines personnes se tournent vers ce que l'on appelle des relations "pansement" : des histoires qui n'ont pas nécessairement vocation à fonctionner sur le long terme, mais qui permettent de guérir de ses maux d'amour. Souvent au détriment de la personne qui va jouer le fameux "pansement".

Est-il possible d'enchaîner deux histoires d'amour sans prendre le temps de guérir après une rupture difficile ? Tous les célibataires se sont déjà sans doute posé la question, et il existe tout un tas de théories autour de ce sujet. Parmi elles, celle de la relation "pansement" : un concept souvent évoqué dans les séries comme dans les films, qui peut faire du bien aux personnes qui ont souffert. Mais qui peut s'avérer très toxique pour celles et ceux qui en ont été victimes.

C'est quoi, une relation pansement ?

Louisa Amara, créatrice du podcast Single Jungle, décrypte derrière son micro les relations de couple, les rencontres et la question du célibat. Et cette dernière pose des mots très clairs sur ce que peut représenter une relation pansement : "Une relation pansement, c'est une relation avec quelqu'un qui a vécu une rupture difficile, ou est dans une période compliquée de sa vie. En anglais, on utilise l'expression 'rebound'. C'est une relation de transition, qui n'est pas amenée à durer, mais qui va permettre une 'guérison' pour se remettre dans le bain des relations amoureuses. C'est assez ingrat comme rôle, car la personne va aller mieux grâce au soin et à l'empathie de son pansement, sans qu'il n'y ait de réciprocité."

Vidéo. Façon Sexe - Caroline Michel : "Le travail des femmes pour la sexualité est invisibilisé"

Car oui, souvent, la personne qui cherche un pansement veut guérir. Se soigner d'une rupture douloureuse, se remettre le pied à l'étrier, quitte à abuser de la bienveillance de la personne qu'elle commence à fréquenter. Tania* s'est retrouvée dans cette situation, et elle avoue avoir été tellement aveuglée par ce début de relation qu'elle a raté bien des signaux qui auraient dû l'inquiéter en temps normal. "J'ai rencontré un mec en mars, il était en couple, mais on s'entendait très bien. Son histoire battait de l'aile depuis un petit moment. En voyant que je partageais beaucoup de choses avec lui, il a décidé de rompre en août avec sa copine qu'il n'aimait plus, mais à qui il n'osait pas le dire malgré mes conseils. On s'est mis ensemble début septembre." Heureuse et persuadée d'avoir trouvé l'amour, la jeune femme s'est laissée emporter par ce tourbillon, sans se rendre compte que leur relation est loin d'être toute rose.

Le danger, c'est de se laisser aveugler

Au début de leur relation, le nouveau compagnon de Tania multiplie les compliments et les déclarations. "Il me disait que j'étais la copine idéale à ses yeux." Mais au bout de quelques mois, il la quitte. Et c'est à ce moment-là qu'elle réalise être passée à côté d'un certain nombre de red flags. "Il avait toujours des photos de son ex, me comparait souvent à elle, pleurait sur mon épaule lorsque sexuellement je ne pouvais pas faire les mêmes choses qu'elle car ça lui manquait. Il parlait régulièrement de son ex et ne s'en rendait même pas compte. D'ailleurs, il l'a recontactée après m'avoir quittée et en voyant qu'elle avait refait sa vie, il a pris un plan cul... Avant de revenir vers moi. En fait, il enchaîne les relations pansement sans se l'avouer."

Cette situation ne surprend pas Louisa Amara, qui l'affirme : "Je ne pense pas qu'on puisse sortir avec quelqu'un sans avoir conscience que cette personne est un pansement. Il faut être honnête avec soi-même. Après, bien sûr, il arrive que certaines personnes ne verbalisent pas, ou alors qu'elles se mettent des œillères en se persuadant qu'elles sont prêtes pour une nouvelle relation, et qu'elles se mentent à elles-mêmes". Et dans ces cas-là, c'est la personne en face qui en pâtit. "Les femmes, dans un modèle hétéro, sont tellement éduquées à aider les autres et à mettre leurs émotions de côté pour aider l'autre. Et parfois, on peut y laisser sa santé mentale ou physique. De pansement à infirmière, il n'y a qu'un pas. Et c'est difficile quand on commence à avoir des sentiments de s'éloigner de tout ça."

Prendre un pansement sans s'en rendre compte, c'est possible ?

De nombreuses personnes se sont sans doute déjà lancées dans des nouvelles relations en s'auto-persuadant qu'elles étaient prêtes, dans une volonté de passer à autre chose. Et c'est exactement ce qui est arrivé à Zoé lors de son adolescence. À l'époque, elle était tombée sous le charme d'un homme qui avait plus de 40 ans, alors qu'elle n'en avait que 14. Sans surprise, ce dernier s'est révélé être un prédateur qui lui a fait beaucoup de mal, et contre qui elle a d'ailleurs engagé une action en justice. "A chaque fois que je réussissais à me défaire de lui, comme j'étais sous emprise, je revenais vers lui. Du coup, pour éviter de retomber une nouvelle fois dans ses bras, j'ai jeté mon dévolu sur le premier mec célibataire de mon entourage."

À l'époque, la jeune fille est persuadée d'avoir eu un coup de foudre. Mais avec le recul, elle se rend bien compte que ce n'était pas totalement ça. "Ça ressemblait plus à un mélange de coup de foudre et de relation pansement pour survivre. D'ailleurs, pour qu'il ne pense pas qu'il était le pansement, j'ai menti : je lui ai dit que je l'aimais en secret depuis des mois, histoire d'avoir l'air crédible." Une attitude qui prouve qu'elle n'avait pas totalement confiance en ses propres sentiments. Mélissa, elle, n'a pas non plus réalisé tout de suite qu'elle était sortie avec un pansement. "Je sortais d'une relation très passionnelle, et mes potes voulaient me caser avec un de leurs copains. Je me suis laissée faire. C'était un mec super, mais je n'étais pas amoureuse. Je pensais que ça viendrait, mais non. Et ça, je l'ai réalisé quand mon ex a repris contact avec moi, et que j'ai réalisé que je l'aimais encore."

Vidéo. Premier Acte - Valentine : "J’ai été frappée, j’ai été violée, et en plus c’était ma première fois"

L'erreur à ne pas commettre selon la créatrice de Single Jungle ? Vouloir précipiter les choses. Pour elle : "Se relancer très vite dans une nouvelle relation, c'est une façon de ne pas se retrouver seul avec soi-même, de ne pas tirer les conséquences de sa précédente relation et de sa rupture, de ne pas prendre le temps de guérir seul." Un facteur essentiel pour aller mieux.

Comment éviter de devenir le pansement de quelqu'un ?

Évidemment, aucune personne en quête d'une relation sérieuse ne rêve d'être le pansement de quelqu'un d'autre. Et pour éviter ce genre de situation désagréable, Louisa Amara a quelques conseils, qui semblent relever du bon sens, mais qui ne sont pas toujours faciles à appliquer. "Il est important de communiquer et de verbaliser un certain nombre de choses au début d'une relation", rappelle-t-elle. "Quand on veut une histoire durable, avec du respect, il ne me semble pas sain de se lancer dans une relation avec quelqu'un sans lui demander dans quel cas de figure il était. Et l'honnêteté est de mise. Ce n'est pas qu'on peut, c'est qu'on doit le dire ! Il faut dire à une personne avec qui l'on a une relation si l'on sort d'une histoire difficile, ou si l'on traverse une période difficile. Et on doit demander à la personne que l'on fréquente si c'est son cas."

Par ailleurs : "Si l'on découvre qu'on est le pansement de quelqu'un alors que l'on pensait être engagé dans une relation sérieuse, la première chose à faire, c'est d'en parler. La communication, c'est la clé. Il faut demander à l'autre comment il ou elle voit cette relation, savoir si on est là juste pour l'aider à remonter en selle, se réparer et repartir. Et après, envisager la meilleure option pour soi-même." Le tout en évitant de tomber dans le piège du complexe du sauveur, en s'auto-persuadant que le fait de "sauver" et de "réparer" cette personne lui permettra de devenir l'homme ou la femme de votre vie.

A LIRE AUSSI

>> Pass sanitaire et charge mentale : "C'est moi qui dois gérer pour mon mari"

>> Les femmes se sont plus masturbées en 2021 : "Sans toute la famille à la maison, c'est plus facile"

>> 12% des personnes en couple envisagent de rompre après la crise sanitaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles