Les réseaux sociaux impactent votre vie sexuelle en ligne de manière positive... Et négative

Katia Rimbert
·Journaliste
·3 min de lecture
(Crédit photo : Getty Images)
(Crédit photo : Getty Images)

Et si les réseaux sociaux et le sexe étaient intimement liés ? Ce sont les conclusions que les autrices Katrin Tiidenberg et Emily van der Nagel ont tiré après des années de recherches pour comprendre comment les internautes se comportaient pour draguer (et plus si affinités) sur ces plateformes.

Les réseaux sociaux ont changé beaucoup de choses dans notre quotidien. Comme tout nouveau gadget, ils sont entrés dans notre routine et ont transformé nos habitudes. Notre manière de consommer, de nous informer, d’échanger avec les autres, d’entretenir nos relations mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes et d’avoir une vie sexuelle… En ligne.

Près de 4 milliards de personnes utilisent les réseaux sociaux à travers le monde, et elles ne le font pas toujours innocemment. Et pour cause, ils sont aussi utilisés pour le sexe. Envoi de nudes ou de selfies coquins, consommation de contenus pornographiques, sexe par écran interposé (la version 2.0 du sexe au téléphone), envoi de messages érotiques (sextos des temps modernes), compte privé ou caché pour communiquer en loucedé avec des célibataires consentants… Ce ne sont pas les exemples qui manquent.

C’est sur ce phénomène que ce sont attardées Katrin Tiidenberg et Emily van der Nagel dans leur livre Sex and Social Media, paru en juillet 2020. Dans un article du Cosmopolitan, elles expliquent au média britannique comment ces plateformes ont bouleversé notre rapport au sexe.

La face cachée des réseaux

Tout d’abord, les autrices affirment que ces apps nous rassurent. La majorité des personnes qu’elles ont interrogées au cours de leurs recherches avouent avoir un rapport positif avec ces applications. Envoyer et recevoir des nudes les aident à apprécier leur corps, rechercher (et trouver parfois) leur identité sexuelle ou encore se libérer de certaines obsessions. Cela a permis à certains utilisateurs de trouver des personnes qui partagent les mêmes pratiques sexuelles (BDSM, bondage, etc.) ou la même vision du couple et de la sexualité, pour ceux et celles qui ne sont pas dans une relation exclusive, par exemple. En outre, les témoignages d’autres internautes concernant la grossesse, la maladie ou encore la ménopause ont aidé certaines abonnés à surmonter leur anxiété et à avoir davantage de plaisir sexuel. Mais évidemment, tout n’est pas rose, et ces applis peuvent aussi avoir des effets néfastes sur l’intimité.

Moins de bon sens et moins d’intimité ?

Les autrices l’affirment : les réseaux sociaux jouent un rôle négatif sur notre intelligence émotionnelle. Explications. Lorsqu’il est question de votre vie intime, vous auriez naturellement tendance à la garder pour vous en société, devant vos parents, vos collègues ou certains de vos proches, on est d’accord. Alors que vous n’avez absolument aucun problème à annoncer votre statut amoureux sur Facebook ou à raconter le récit détaillé de votre dernier date sur Twitter. Et là où ça peut poser problème, c’est que vous ne vous ne filtrez plus l’information en vous adressant à une personne, avec laquelle vous avez un certain type de relation. Sur les réseaux, toutes vos connaissances sont généralement rassemblées et vos posts sont donc visibles par tous vos cercles.

Les deux femmes soulèvent aussi un autre point : les réseaux sociaux changent la façon dont nous partageons. Elles soulignent que des photos dénudées ou sexy peuvent être envoyées via un compte alternatif ou bloqué, auquel seule une petite communauté a accès, tandis que sur Instagram il faut parfois ruser - à grands renforts d’emojis sur les tétons et les fesses - pour éviter la censure (la suppression d’une photo voire la suspension du compte) lorsque la nudité entre en jeu. Et forcément, ces changements de comportements peuvent avoir un impact sur votre vie intime dans la vraie vie.

A LIRE AUSSI

>> Les amours de l'été : "Quand on s’est fait la bise, il y avait de l’électricité dans l’air. On a juste eu le temps de mettre le houmous au frais"

>> Les applications de rencontre sont une source de stress pour la moitié des utilisateurs

>> Gros pénis, gros problème ? Quand être "gâté par la nature" devient un enfer