Publicité

Cindy Lopes : "Je suis tombée sur le ventre, je ne sentais plus mon bébé ", elle raconte les violences conjugales subies pendant sa grossesse

L'ex candidate de téléréalité Cindy Lopes est revenue sur un événment traumatisant de sa vie, ce jeudi 30 novembre. Invitée de de l'émission "Chez Jordan", sur C8, l'ancienne participante de "Secret Story" a évoqué les violences conjugales qu'elle a subies, lorsqu'elle était enceinte de sept mois.

PARIS, FRANCE - 12/02/2019: TV personality Cindy Lopes poses during a portrait session in Paris, France on 12/02/2019. (Photo by Eric Fougere/Corbis via Getty Images)
Cindy Lopes : "Je suis tombée sur le ventre, je ne sentais plus mon bébé ", elle raconte les violences conjugales subies pendant sa grossesse. (Photo by Eric Fougere/Corbis via Getty Images)

Cindy Lopes, connue pour son franc-parler et sa force de caractère, a pourtant connu des heures très sombres. Dans l'émission de C8 "Chez Jordan", ce jeudi 30 novembre, l'ex candidate de téléréalité a décrit les violences conjugales dont elle a été victime lorsqu'elle était enceinte, alors qu'elle était sur le point de quitter son compagnon.

Vidéo. "Je ne peux plus aller aux toilettes après cette opération"

"Pour lui, ce n'était pas grand-chose"

"Il y a eu des violences quand j'étais enceinte" a-t-elle débuté. "En fait, il voulait rentrer chez moi mais j'avais bloqué la porte du coup, j'ai été projetée par terre. Sauf que j'étais enceinte, je suis tombée sur le ventre et je ne sentais plus mon bébé. Je voulais qu'il parte et il ne voulait pas" a-t-elle poursuivi. Cindy Lopes a confié avoir eu peur de perdre l'enfant qu'elle portait à ce moment-là.

"C'était très difficile pour moi. Et quand j'ai reçu une procédure en diffamation parce que j'avais évoqué mon histoire devant Evelyne Thomas (elle a témoigné en 2021 pour Non Stop People ; ndlr), c'était encore plus compliqué. J'ai dû prouver et passer par des enquêteurs qui m'ont posée des questions. Heureusement que j'avais un document, sinon c'est moi qui aurais eu des problèmes" a-t-elle ajouté. Cette dernière a également précisé que le père de ses enfants (Stella, née en 2017 et Raphaël, né en 2019) avait minimisé la violence de son geste : "Pour lui, ce n'était pas grand-chose".

Aujourd'hui séparée, l'ancienne candidate de téléréalité a rapporté que son ex voyait toujours leurs enfants, après une longue discussion. "Là ça va mieux avec le papa de mes enfants. On s'est expliqués, il essaie d'être présent pour ses enfants et de les appeler de temps en temps (...) Il voit les enfants, je lui accorde, je ne l'en ai jamais empêché." a-t-elle conclu. En revanche, elle a refusé que l'homme revienne dans sa vie à elle, comme elle l'a expliqué à Évelyne Thomas dans Non Stop People, en 2021 : "Je pensais que c'était pour ses enfants, et en fait, c'était pour moi. La notoriété l'attirait et puis il voulait dominer une femme forte, je crois."

"C'est moi qui ai dû aller voir un psy, et pas lui"

L'invitée a aussi abordé le sujet de son orientation sexuelle dans l'émission de Jordan Deluxe : "Je suis toujours bisexuelle, c'est toujours d'actualité. Donc je pourrais faire ma vie avec une femme. (...) Ça pourrait m'arranger. Je pense qu'en termes de comportement, je serais un peu moins déçue par une femme que par un homme, au niveau de la violence... Le traumatisme est toujours là."

Pour de nombreuses femmes, les violences laissent des séquelles physiques, mais aussi psychologiques, c'est pourquoi Cindy Lopes a suivi une thérapie, tout en déplorant que son agresseur n'ait pas suivi le même chemin : "J'ai vu un psychologue. (...) C'est moi qui ai dû aller voir un psy, et pas lui."

À lire aussi :

>> TABOU - Victime de violences conjugales, elle peine à retrouver l'amour : "On m'a cataloguée comme une personne à problèmes"

>> Augmentation des tentatives d'homicide au sein du couple : "Je me suis sentie mourir quand mon ex m'a étranglée"

>> Féminicide de Marie Trintignant : pour Lio, "rien ne bouge parce que les hommes ne veulent pas perdre leurs privilèges"