Publicité

Histoires de femmes infidèles : "J'ai trompé mon mari avec notre belle-soeur. C'était bien"

Histoires de femmes infidèles :
Histoires de femmes infidèles : "J'ai trompé mon mari avec notre belle-soeur. C'était bien"

Crédit : Getty

En mars 2019, le profil de la femme infidèle type était partagé par un site de rencontres spécialisé : 37 ans en moyenne, cadre supérieure, citadine, mariée depuis plus de cinq ans et mère de deux enfants. Différentes études tendent également à montrer que de plus en plus de femmes se tournent vers l'infidélité (elles étaient 31% à déclarer avoir déjà trompé en 2014, elles étaient 33% en 2016). Qui sont ces femmes ? Quelles sont leurs motivations ? Comment organisent-elles leurs vies ? Ce sont les questions que nous avons voulu poser à certaines d'entre elles.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Giulia a 38 ans et est en couple depuis plus de 10 ans : "J’ai toujours été en couple avec des hommes et pendant des périodes assez longues. Quand je me mets avec quelqu’un, ça dure toujours au moins quelques années. C’est le genre de femme que je suis. Tout de suite, c’est sérieux, tout de suite il y a de l’engagement. C’est ce qui s’est passé avec mon homme, on était ensemble tout de suite et j’ai rencontré sa soeur et sa mère dans la même semaine que notre rencontre. J’aime bien que ça aille vite et fort. Et pendant longtemps, je ne me suis pas posée de question sur ce que je ressentais et ce que je voulais. Jusqu’à ce que ma belle-soeur arrive dans nos vies."

Et tout s’est mélangé dans ma tête.

La belle-soeur de Giulia est bisexuelle et en parle publiquement : "Dans notre famille un peu conservatrice, ça a beaucoup jasé. Il y en a qui se demandaient si c’était bien nécessaire de nous rabattre les oreilles sur les LGBT alors que nous on la connaissait comme compagne de mon beau-frère. Qu’elle ait eu des histoires avec des femmes avant ne nous regardait pas. Mais ça a allumé quelque chose chez moi. Je me suis rappelée que, plus jeune, j’aurais bien aimé avoir une histoire avec une amie qui était au fond pour moi un peu plus qu’une amie. Je n’avais jamais osé l’embrasser. C’était resté un fantasme. Quand ma belle-soeur a débarqué, ça a bousculé tous ces souvenirs. Et tout s’est mélangé dans ma tête. Je me suis mise à rêver d’elle. À me faire des films quand on se touchait par hasard. Elle a dû sentir quelque chose parce qu’un jour, elle est venue me parler."

Vidéo. Amal Tahir : "Arrêtons de penser qu'une femme qui trompe c'est plus dangereux parce qu'elle aime."

Giulia n’a pas d’autre choix que d’assumer son trouble : "Je lui ai raconté toute mon histoire et le sentiment de "pas fini" que j’avais. J’avais envie de savoir ce que ça faisait, c’était aussi bête que ça. Ce n’était pas une question de sentiments, enfin pas avec elle. J’avais envie d’embrasser une femme et de toucher une femme et de voir si j’étais passée à côté de quelque chose. Ma belle-soeur m’a dit qu’elle comprenait et m’a proposé de me faire découvrir ça. Jamais je n’ai pensé que ça ferait de moi une femme infidèle."

Les deux femmes se retrouvent un après-midi, pendant des vacances d’été en famille : "Ce n’était pas très romantique mais c’était impossible qu’on se fasse prendre et ça m’a sécurisée. J’étais très stressée donc on a commencé par s’allonger l’une à côté de l’autre et puis à se toucher de plus en plus. On se voyait en maillots de bain toute la journée donc il n’y avait pas en plus la sensation de vraiment se déshabiller. Sous le drap, c’était comme si ça n’arrivait pas. Quand j’y suis allée, je me suis dit que ça allait être ma seule chance d’essayer avec une femme. J’ai un mari, un enfant. Je n’ai pas prévu de tout envoyer balader. Je voulais juste voir. C’était bien."

Aucun malaise, aucune gêne

Giulia est reconnaissante de ne pas avoir eu de sentiment de malaise après cet après-midi : "Ma belle-soeur a fait comme si rien ne s’était passé. Elle m’a juste demandé après si j’avais aimé et si ça allait bien. Ça nous a rendu complices mais pas dans le sens criminel. On partage juste un secret ensemble. Je n’ai jamais eu envie d’un autre homme que mon mari et je suis sûre que ça n’arrivera jamais. Dans ma vie, j’ai déjà été troublée par une femme et je vivais avec un regret, un secret qui me pesait. Maintenant je sais ce que c’est. Je sais ce que j’ai raté. Je sais aussi que j’aurais été capable, si j’avais trouvé le courage. Est-ce que ça m’a donné envie de tout quitter ? Non. J’aurais aimé vivre ça plus jeune et avoir le bonheur de donner du plaisir à une femme que j’aime. Ce n’est pas arrivé. Ma vie s’est écrite autrement. Au moins, je sais ce que c’est. Je n’ai pas l’impression au fond que j’ai trompé mon mari même si je sais que c’est ce qui s'est passé. Pour moi ce que j’ai fait ne le regarde pas. Ça n’enlève rien à la gravité de la chose. Mais ça permet de mieux vivre et je crois que c’est important."

À LIRE AUSSI

>> Elles préfèrent les femmes aux hommes depuis le confinement

>> Le Grand Swipe : "On a eu un premier échange vif, amusant où il a été rapidement question de fessée, de corsets et dentelles"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?