Publicité

Une femme tourne en dérision les injonctions sur le physique pour "plaire au hommes", sa vidéo devient virale sur TikTok

Suivie par plus de 330 000 personnes, la tiktokeuse Veronica Shavie a décidé de tourner en dérision les injonctions faites aux femmes dans une vidéo humoristique. En voix off, elle énonce des "conseils" beauté et style pour séduire un homme et fait tout le contraire à l'image. Likée plus de 200 000 fois, sa vidéo est devenue virale sur TikTok et a été reprise par de nombreuses internautes, qui dénoncent avec humour cet impératif sexiste de plaire à tout prix à la gent masculine.

Front view of a woman applying mascara while holding hand mirror at home.
Une femme tourne en dérision les injonctions sur le physique pour "plaire au hommes", sa vidéo devient virale sur TikTok. Photo : Getty Creative

"Assurez-vous que vos cheveux soient toujours longs, brillants et jamais attachés. Veillez à montrer un peu de peau, mesdames, spécialement vos jambes. Vos chaussures doivent être délicates. Mettez en valeur votre taille à tout moment. Ayez toujours une expression agréable sur le visage. Je vous promets que vous allez attirer un homme !" Voici les déclarations de Veronica Shavie, tiktokeuse américaine suivie par plus de 330 000 personnes, dans une de ses vidéos postée sur la plateforme chinoise. Spécialisée dans le maquillage, elle dispense ses conseils sur TikTok et Instagram. Il y a quelques temps, cet extrait où elle distille ses "astuces" est devenu totalement viral.

Dénoncer les injonctions

Au bout de quelques secondes de visionnage, on s'aperçoit bien vite que ces conseils vestimentaires pour séduire un homme ne sont absolument pas à prendre au pied de la lettre. La preuve, Veronica Shavie elle-même ne les applique pas, et fait tout l'inverse à l'image : elle s'attache les cheveux, couvre sa taille et ses jambes, met des grosses chaussures montantes noires à lacets et fait la grimace... Ce qui donne, il faut l'admettre, un style assez cocasse, mais aussi beau, voire même pointu. "Suivez-moi pour plus de conseils pour faire des rencontres !", a d'ailleurs écrit Veronica Shavie en légende de son TikTok, accompagnant sa phrase d'un emoji hilare. La créatrice dit même dans sa biographie donner en réalité des "astuces de style peu sexy".

En parodiant certains comptes de coaching en matière de relations amoureuses, qui pullulent sur TikTok (et dispensent, eux, des conseils de style avec tout le premier degré dont ils peuvent faire preuve) pour s'amuser, l'américaine ne s'attendait certainement pas à un tel écho. Car en effet, son sketch est devenu viral, et a été repris par de nombreuses internautes sur le réseau social, devenant à lui seul une véritable "trend", à savoir une tendance. Une vidéo salutaire et rafraichissante pour les femmes, toujours soumises à des injonctions sexistes basées la plupart du temps sur leur physique.

Vidéo. Déclic - Aurélie Marchi : "J'ai eu le déclic quand je me suis rasé la tête"

"Prouver qu'elles ne sont pas dangereuses"

En effet, la raison pour laquelle Veronica Shavie propose d'adopter "une expression agréable sur le visage" n'est pas anodine. Combien de fois a-t-on reproché à des femmes de ne pas être assez souriantes, et ce, même dans la rue ? Si elles n'esquissent pas un sourire, les femmes sont rapidement jugées froides, voire carrément frigides... On parle d'ailleurs de "resting b*tch face", une appellation qui renvoie au féminin pour désigner les gens qui ont une expression faciale assez neutre, mais que les autres perçoivent comme étant renfrognée, menaçante...

Pourquoi demande-t-on aux femmes de sourire ? La cellule "Vrai ou Fake" de Franceinfo s'est penchée sur la question dans une vidéo publiée en 2017. Interrogée par ce média, Brigitte Laloupe, autrice de "Les Mécanismes psychosociaux du plafond de verre" explique ce phénomène de l'injonction à sourire ainsi : "On attend d’une femme qu’elle soit jolie, qu’elle mette de la bonne humeur et de la douceur dans la vie, et qu’elle soit séduisante." Elle poursuit en ajoutant que le sourire montre chez les grands primates qu’ils ne sont pas dangereux, et donc que "les femmes doivent prouver en permanence qu'elles ne sont pas dangereuses." Une manière de montrer implicitement aux hommes leur "infériorité" et des les rassurer en somme... Un condensé de sexisme.

"Malgré cela, on se fait harceler"

Lassées d'être jugées en fonction de leur apparence et de leur désirabilité auprès des hommes hétérosexuels, les utilisatrices ont souhaité elles aussi montrer leur ras-le-bol. En commentaire sous la vidéo originale, les internautes saluent la démarche. "Je savais qu'il s'agissait d'une satire, c'est la façon dont mon père m'a appris à m'habiller (les conseils de la voix off dans la vidéo ; ndlr) et j'ai vraiment attiré un homme !" s'exclame une internaute. "Tu es sublime" la félicite une autre. "J'ai les mêmes chaussures !" peut-on aussi lire. "Merci pour les conseils, je vais faire tout l'inverse !" plaisante une utilisatrice.

Mais au milieu de ces commentaires enthousiastes, une remarque rappelle la dure réalité : "Et malgré cela, on se fait harceler...", se désole une internaute. Car malheureusement, se couvrir et s'habiller comme Veronica Shavie, c'est-à-dire à l'opposé du "style-qui-va-attirer-un-homme", n'empêche pas les violences sexistes et sexuelles, auxquelles sont exposées énormément de femmes : plus d’une femme sur deux en France, soit 53%, et plus de six jeunes femmes sur dix (63%) ont déjà été victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle au moins une fois dans leur vie, selon un sondage Odoxa pour Le Figaro et France Info datant de 2017.

Vidéo. "J’avais 14 ans et j’ai senti ce que je ne devais pas sentir sur mes fesses" : le témoignage glaçant de Rosa, agressée sexuellement pendant un concert

Des préjugés associés aux tenues

Pire encore, les victimes de viol doivent doivent parfois répondre aux forces de l'ordre lorsqu'elles les interrogent sur leur tenue au moment de leur agression, comme si leur look était responsable de ce qu'elles avaient subi... Selon une enquête réalisée par le collectif #NousToutes, dont les résultats ont été dévoilés en 2021, parmi les 3496 témoignages récoltés, 66% des répondantes font état d’une mauvaise prise en charge par les forces de l'ordre lorsqu’elles ont voulu porter plainte pour des faits de violences sexuelles. Réunies autour des hashtags #PrendsMaPlainte et #DoublePeine, lancés en 2021, de nombreuses femmes ont pris la parole en ligne pour dénoncer ces comportements.

Car si Veronica Shavie conseille avec humour de "montrer ses jambes", pour séduire un homme, il semblerait que dans l'absolu, les femmes ne puissent finalement pas trop se dénuder, ou, du moins, seulement pour satisfaire l'homme qui les y a invitées, et non pour elle-mêmes. En atteste en septembre 2020, les propos de Jean-Michel Blanquer, alors ministre de l'Éducation. Ce dernier incitait les lycéennes et les collégiennes à s’habiller de manière "correcte et républicaine", après l’interdiction du port du crop top dans certains établissements. Une des raisons évoquées pour justifier cette interdiction ? Ces t-shirts courts "déconcentrent les garçons"... Pour protester, le hashtag #lundi14septembre avait fleuri sur les réseaux sociaux. Les adolescentes le mentionnaient dans leur post en l'accompagnant souvent d'un cliché où elles portaient des crop tops, parfois rejointes et soutenues par leurs amis masculins, portant le même haut et/ou vêtus de jupes. Un vent de révolte venu des réseaux sociaux, qui a donné lieu à une forte mobilisation. Un tweet -ou un TikTok- pour changer le monde ?

À lire aussi :

>> Le summer body n'est pas mort, de nombreux Français y cèdent : "L’été, je saute volontairement des repas et je m’acharne au sport"

>> Camille Chamoux lassée des jugements qui pèsent sur les femmes : "On peut montrer son c*l et être féministe"

>> "Je ne suis pas quelqu'un qu'on se voit présenter à ses parents" : Jugées "superficielles", elles sont dévalorisées à cause de leur physique