Publicité

"Looksmaxxing" : cette tendance TikTok visant à améliorer son apparence physique met en lumière les insécurités des hommes

Le looksmaxxing, en vogue sur TikTok, séduit de plus en plus de jeunes hommes. Cette tendance englobant une multitude de conseils beauté, du plus basique au douteux, n'est pas sans incidence sur l'estime de soi et la santé mentale.

Looksmaxxing
"Looksmaxxing" : cette tendance TikTok visant à améliorer son apparence physique met en lumière les insécurités des hommes. Photo : Capture d'écran @alim_kh0 / TikTok

Nouvelle tendance sur TikTok, le looksmaxxing, réservé jusqu'ici à des discussions sur des forums ou sur Reddit, puiserait ses racines dans la communauté incel (involontairement célibataire) où des hommes appellent à la haine des femmes. Le looksmaxxing englobe une multitude de conseils filmés émanant de différents comptes d'influenceurs. Ces tutoriels qui visent à améliorer son apparence physique connaissent un certains succès chez les hommes de moins de 20 ans qui cherchent, entre autres, à plaire aux femmes.

"Une technique qui n'a pas fait ses preuves"

Si la plupart des influenceurs s'en tiennent au "softmaxxing", et incitent les hommes à s'habiller mieux, manger mieux, faire de l'exercice, ou prendre soin de leur peau, certains peuvent aussi aller plus loin. La technique du "mewing" ("miaulement" en anglais, qui consiste à garder sa langue collée au palais sans toucher les dents, au repos et pendant la déglutition), supposée aider à obtenir une mâchoire carrée, qui reste aujourd'hui encore un des symboles de la virilité valorisé chez les hommes, s'est également répandue comme une traînée de poudre.

Des orthodontistes se sont cependant alarmés de cet engouement autour du mewing, qui donnerait selon eux peu de résultats : "Nous craignons que les gens utilisent une technique qui n'a pas fait ses preuves, qui n'est pas contrôlée, qui n'est pas supervisée et qui repose sur des affirmations trompeuses", a déclaré Matthew Clover, directeur de la pratique clinique à la British Orthodontic Society (Société britannique d'orthodontie), au Guardian, le 15 février. En janvier, l'Association américaine des orthodontistes a déclaré que "les preuves scientifiques à l'appui des effets du mewing concernant la sculpture de la mâchoire sont aussi minces que du fil dentaire."

Une volonté grandissante de se conformer aux normes de la masculinité

D'autres vidéos bien plus marginales, qualifiées de "hardmaxxing" sont plus inquiétantes, et sont parfois elle-mêmes moquées par les adeptes du looksmaxxing, comme l'a rapporté le New York Times. Ainsi, certains comptes n'hésitent pas à conseiller à leurs abonnés de s'affamer, ("starvemaxxing" qui consiste à suivre un régime alimentaire très strict), de se fracturer les os du visage ("bonesmashing", soit se briser volontairement la mâchoire pour qu'elle soit plus carrée) ou de se pincer les paupières, pour avoir un regard plus "félin", le temps d'une photo ou d'une vidéo. Si peu de ressources existent quant à la quantité d'abonnés susceptibles d'avoir véritablement recours à ces pratiques, ces vidéos, dont le but final est toujours d'améliorer son apparence, cumulent des centaines de millions de vues sur TikTok.

Cette volonté d'atteindre la perfection physique masculine aurait surtout eu des conséquences sur l'estime de soi des jeunes hommes, en berne, et les pousse de plus en plus dans les cliniques. Un jeune homme nommé James âgé d'une vingtaine d'années, interrogé par le Guardian, a ainsi déclaré avoir développé de nouveaux complexes : "Je découvrais des problèmes que je n'avais même pas remarqués. (...) J'avais un visage et un menton courts, mon nez était trop large, mes yeux étaient trop écartés, mes cheveux étaient trop hauts... Vous ne voyez pas beaucoup de ces choses jusqu'à ce que quelqu'un d'autre les pointe du doigt, et alors vous ne pouvez pas vous empêcher de les voir (...) Certains de ces défauts ne sont pas réparables du tout... pour beaucoup d'adolescents, cela peut certainement être mauvais pour leur santé mentale." Aujourd'hui, James estime avoir dépensé environ 10 000 livres pour améliorer son visage.

Il est loin d'être le seul : le nombre de "chin lipo", une liposuccion du menton destinée à façonner une mâchoire plus définie et athlétique, a en effet augmenté. Aussi, depuis 2021, EsteNove, l'une des principales cliniques capillaires de Turquie, a constaté une augmentation de 50 % des patients masculins âgés de 18 à 24 ans demandant une greffe de cheveux, a confirmé la clinique au NY Post. Et 38 % des patients ont admis que les réseaux sociaux avaient influencé leur décision de subir une intervention.

À lire aussi :

>> Legging Legs : sur TikTok, la glorification de la minceur est de retour

>> "Ça influence beaucoup et c’est très dangereux" : zoom sur le Mukbang phénomène food sur TikTok

>> Une femme tourne en dérision les injonctions sur le physique pour "plaire au hommes", sa vidéo devient virale sur TikTok