Les amours de l’été : "Sex parties, libertinage, plans d’un soir, j’ai décidé de me lâcher"

·5 min de lecture
Les amours de l'été
Les amours de l'été

Entre confinements et restrictions liées à la pandémie, de nombreux.ses célibataires cherchent à trouver l’équilibre dans leurs vies amoureuses et sexuelles. Entre premières fois et espoir de la relation longue et rencontres légères décomplexées, tous et toutes espèrent vivre un été 2021 à l’écoute de leurs besoins et de leurs désirs. Découvrez leurs histoires.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Céline ne se définit pas comme une femme particulièrement audacieuse au niveau sexuel. Mais la pandémie et les restrictions qui en ont découlé ont crée chez elle une envie difficile à réprimer : "Mon été là, c’est vraiment l’expression d’un trop plein. Je ne me sens pas particulièrement exceptionnelle, hein. Mais comme tout le monde, je viens de passer plus d’une année à être morte de stress pour mes proches, à avoir peur pour ma santé aussi, à me sentir en danger au niveau professionnel. J’ai respecté les règles pendant toutes la durée de la crise, même les plus débiles, même quand elles changeaient sans explication particulière. Je me suis dit pendant longtemps "On écoute le gouvernement, ils doivent savoir ce qu’ils font." Évidemment qu’au fond, j’ai compris assez vite qu’ils n’avaient pas plus de vision que nous tous. Mais ça a été plus facile de s’en remettre à une forme d’autorité. J’ai vraiment abordé ça comme quand j’étais enfant. Des adultes donnent des règles et on les respecte sinon on est privés de télé ou de dessert. J’ai tout misé sur la confiance aveugle, principalement pour ma santé mentale. Mais maintenant je n’en peux plus. Avec la nouvelle vague qui nous frappe, j’ai besoin de revivre pour ne pas tomber dans une profonde déprime. Sex parties, libertinage, plans d’un soir, j’ai décidé de me lâcher."

Vidéo. Isabelle nous parle de son premier plan à 3

"C'est comme si une porte s’était ouverte"

Elle angoisse au début et puis réalise combien sauter le pas et bouleverser ses habitudes n’est pas compliqué : "Je pensais que ça allait être plus difficile que ça. Célibataire, ça faisait 18 mois que je n’avais rien fait avec qui que ce soit. Je pensais être rouillée, que j’allais être stressée, que j’allais certainement annuler au dernier moment. Et puis, dès la fin du mois de juin, je me suis remise sur les applis et j’ai été très claire sur mes intentions. Je voulais des rencontres et du sexe. Je n’ai eu aucun mal à trouver des partenaires pour des plans cul. J’ai vu une petite dizaine d’hommes en deux semaines. Dès que j’en voyais un, je voulais en voir un autre. Ça été très grisant de voir comme c’était facile. Comme si une porte s’était ouverte et que c’était un vrai parc d’attractions de l’autre côté. En parallèle de ça, certains de ces hommes m’ont proposé de partager des moments à plusieurs. L’un d’entre eux en particulier organise des partouzes. Je n’avais jamais fait ça de ma vie alors j’étais excitée comme une puce quand il m’a invité. Et j’ai adoré ça. Avec un autre, j’ai essayé les plans à trois et avec un autre couple. Il est question qu’on aille bientôt en club libertin ensemble."

Vidéo. Simon revient sur sa première expérience en extérieur

"Il est hors de question que ce craquage se paye"

Mais plaisirs violents ne signifient pas forcément prises de risques inconsidérées : "Cette période, je la vois comme une explosion de sexe et de plaisir. Je ne suis pas en train de me faire du mal et, dans une certaine mesure, je fais toujours attention à me préserver. Je fais des tests très régulièrement et je n’oublie pas de rester vigilante sur les MST. Il est hors de question que ce craquage se paye pendant des mois voire des années. Mais j’ai vraiment besoin de me reconnecter à mon corps, à mon désir, d’avoir le sentiment d’une certaine liberté. Ça me semble énorme plus d’un an à respecter aveuglément des règles arbitraires, j’ai besoin de cette parenthèse."

"Penser à court-terme"

Céline en est convaincue, elle abordera la rentrée en célibataire : "Il n’est pas question que je me mette en couple à l’issue de tout ça. J’essaye de ne pas trop m’attacher à mes amants et je leur conseille d’en faire de même. Je n’ai pas prévu non plus que ça dure indéfiniment. En fait, c’est aussi parce que j’ai circonscrit ce craquage dans le temps que j’en profite à fond. À la mi-août, j’ai accepté une nouvelle mission au travail. Ça sonnera définitivement la fin de la récréation. Je pense que c’est plus raisonnable aussi au niveau de l’actualité. On ne sait pas ce qui va suivre et je ne préfère pas prendre de mauvaises habitudes qu’il va falloir sacrifier ou faire des plans qui vont forcément s’annuler. Penser à court-terme comme ça me va très bien. Et là, je m’éclate."

DE LA MÊME AUTRICE : 

>>Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles