Les conserves de poisson ont tout bon

Si le frais est largement privilégié, le poisson mis en boîte ou en bocal ne manque pas d’atouts. Présentation.

Les premières « mises en boîte » du poisson remontent à la fin du 18e siècle, quand le confiseur champenois Nicolas Appert crée vers 1795 une méthode de stérilisation, plus connue aujourd’hui sous le nom d’« appertisation ». Le principe ? Les poissons sont d’abord vidés, préparés, éventuellement assaisonnés, puis placés dans des récipients hermétiques, et enfin chauffés à 100 °C afin d’éliminer toute altération ou risques (bactéries, toxines, etc.). Une révolution qui a fait le succès (et la fortune) des conserveries, d’abord de sardines, puis de thon et de maquereaux à l’huile, qui constituent toujours la base de notre cuisine du placard.

Emballages recyclables, petits prix, bienfaits nutritionnels à tous les étages (protéines, oméga-3, vitamine D, calcium), facilité de préparation… Les conserves de poisson ont tout bon. On trouve même des versions « cuisinées », comme les classiques filets de maquereaux à la moutarde ou l’Émietté de Thon Mariné Basilic, dans la gamme Les Recettes de Douarnenez, plus récemment sortie chez Petit Navire, qu’on accommode aisément en salade avec des pâtes cuites, des tomates confites et des billes de mozzarella. Et pour être sûr de faire le bon choix en rayon, on cherche le logo MSC qui garantit que le poisson est issu d’une pêche certifiée durable.

Les conserves de poisson au naturel

• Les conserves au naturel ne contiennent que du poisson, de l’eau et du sel. Thon,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles