Un célibataire sur deux ressent une pression sociale liée à sa situation amoureuse pendant les fêtes

·Journaliste
·3 min de lecture

Les fêtes ne sont pas toujours synonymes de joie et de bons moments passés avec ses proches. Pour certains, Noël est associé à un sentiment de gêne ou de honte, notamment parce qu’ils ne viennent pas accompagnés au traditionnel repas de famille. Selon un sondage réalisé par Happn, 50% des célibataires ressentent une pression sociale concernant leur vie sentimentale pendant les fêtes de fin d’année.

“Tiens, tu es (encore) venu.e tout.e seul.e cette année ?”, “Alors, les amours ?”, “Toujours célibataire, sinon ?”. Ces questions, vous les avez sûrement déjà entendues pendant le repas de Noël. Et pour certaines personnes, c’est la même rengaine tous les ans : ils font leur plus grand sourire crispé devant les interrogations peu délicates de papy, marraine ou oncle Roger.

Tant et si bien qu’un certain mal-être s’installe sur la question pendant les fêtes de fin d’année. C’est en tout cas ce que montrent les résultats d’un sondage réalisé par l’application de rencontre Happn début décembre. Sur les 500 célibataires interrogés, la moitié d’entre eux a affirmé “ressentir une pression sociale liée à sa situation amoureuse lors des fêtes de fin d'année”.

VIDÉO - Stéphane Rose : “À l’heure actuelle, ce sont les célibataires qui couchent le plus, pas les gens en couple”

Le holidating, nouvelle parade pour les célibataires ?

Pour échapper à cet interrogatoire malaisant, 35% des sondés confient s’être déjà arrangé avec la vérité en mentant à leur famille sur leur statut amoureux. Pire, 40% seraient prêts à se mettre en couple pendant les fêtes de fin d’année afin d’éviter toute culpabilité. C’est d’ailleurs une tendance qui a été affublée d’un petit nom il y a peu : le Holidating.

Ceux qui ont regardé la comédie romantique Holidate sur Netflix, avec Emma Roberts, auront la réf. Pour les autres, sachez qu’il s’agit – comme dans le film – de jouer les faux amoureux transis pendant les fêtes de fin d'année avec un jeune homme ou une jeune femme qui accepte d’être votre date au réveillon. Un faux copain ou une petite amie fictive, en somme. Vous avez dit hypocrite ?

VIDÉO - Sophie Fontanel : “Je lui ai envoyé un texto... Il m’a répondu deux ans plus tard”

“Le regard insistant sur les célibataires et leur situation amoureuse peut très vite devenir un sujet agaçant lors des réunions familiales. Alors que le modèle traditionnel du couple évolue et continue de se réinventer, il reste tout de même difficile d'échapper à l'attitude culpabilisante de la famille, pour qui ‘être en couple’ reste un objectif à atteindre”, analyse Marine Ravinet, Head of Trends chez Happn.

Un bien triste constat, qui risque d’être accentué par la pandémie. Et pour cause, la Covid-19 et le confinement ont entraîné de nombreuses ruptures et étiolé bien des relations amoureuses. On peut donc s’attendre à entendre encore davantage de remarques intrusives autour de la table cette année...

A LIRE AUSSI

>> Je n'aime pas Noël : entre les cadeaux et les repas, la charge mentale explose

>> Je n'aime pas Noël : le calvaire des fêtes pour les personnes endeuillées

>> 8 femmes mariées sur 10 ont vu leur libido chuter depuis qu’elles sont en télétravail

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles